• Le Figaro encense le couple Hollande-Le Drian....et tacle Sarkozy.

    Le Figaro encense le couple Hollande-Le Drian....et tacle Sarkozy.

     

    Imaginez un peu le journal « L’Humanité » mettre en avant l’action  de Nicolas Sarkozy tout en dénigrant l’action du Parti Communiste et du Front de Gauche. 

    C’est un peu le sentiment que j’ai eu ce matin en découvrant sur le site du Figaro.frun billet qui louait le travail accompli par le tandem Hollande-Le Drian sur la vente de 36 Rafale à l’Inde.

    Ce qui parait le plus saisissant, c’est la mise en avant de la différence de méthode entre le Président actuel et son prédécesseur pour arriver à ses fins . Pour cela l’article n’hésite pas à relayer les propos de François Hollande: «Je pense que sur ces affaires-là, il vaut mieux dire la chose quand elle est conclue plutôt que de faire des annonces qui pourraient être contraires à l’intérêt de notre pays et en tout cas, contraires à l’intérêt de l’Inde.».

    Pour ceux qui n’auraient pas compris le message, le journaliste du Figaro nous traduit la pensée de François Hollande en nous disant que ces mots sont adressés à Nicolas Sarkozy, lui qui a parfois fait preuve « d’optimisme et de précipitation ». Une façon indirecte de prendre position en faveur du pouvoir actuel sur ce dossier pour l’organe de presse qui appartient au groupe Dassault.

    Rappelons que malgré de grands effets d’annonce bien relayés par des médias plus que complaisants, pas le moindre exemplaire de l’avion si cher au groupe Dassault (et aux contribuables) ne s’est vendu à travers le monde  lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy  . Un échec qui résume à lui seul le bilan général de l’action de l’ancien Président, beaucoup de  bruit et de communication pour un résultat calamiteux.

    L’article revient également sur la vente de 24 Rafale à l’Égypte en février, précise qu’il s’agit avant tout d’une victoire pour François Hollande, mais aussi de son Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Le Figaro.fr met l’accent sur les multiples  allers-retours du Ministre entre la France et l’Inde, de son implication mais aussi de sa discrétion.

    On voit que Serge Dassault n’est pas un ingrat lorsqu’il s’agit d’affaires. Il en est un qui ne doit pas être de cet avis. Un qui doit bien s’agiter et s’époumoner en découvrant cette nouvelle et tendre complicité entre le pouvoir actuel et le constructeur .

    On peut même penser que si le duo Hollande-Le Drian obtient encore deux ou trois contrats aussi fructueux pour le groupe Dassault, le journal de l’entrepreneur pourrait bien faire campagne pour François Hollande en 2017.

    Une réflexion quelque peu ironique bien sur.

    Mais à quoi ça tient un journal d’opinion tout de même. Quelques ventes d’armes, et on retourne sa veste.

    Elle est pas belle notre démocratie?

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :