• Mélenchon a le blues.

    Mélenchon a le blues.

    Il se voyait déjà en haut de l'affiche, en 10 fois plus gros  que n'importe qui dont son nom s'étalait 

    Oui, Jean-Luc Mélenchon avait pris le melon et croyait renverser le Président Macron avec l'aide de la rue.

    Après avoir entonné tout l'été le petit refrain "qu'il réussirait à faire défiler un million de personnes sur les Champs-Elysées" , le leader des Insoumis a du déchanter avec les faibles mobilisations lors des manifs.

      Mélenchon ne peut désormais que le reconnaître : « M. Macron s'en est vanté dans son interview.Il a dit : J'y suis arrivé en cinq mois. Bon, il y est arrivé. Faut pas chercher à le cacher, parce que si on raconte des histoires, on n'est pas crédible. »

    Mais alors, pourquoi un tel échec alors qu'au printemps dernier il réussissait un score record aux Présidentielles avec plus de 19%?

    Surement parceque depuis Mélenchon a repris ses mauvaises habitudes avec des propos excessifs ( Les nazis » et « la rue », son soutien au président vénézuelien Maduro). On pense aussi bien sur à ces élus d'êxtrême gauche très complaisants avec l'islamisme radical (Danièle Obono, députée de Paris, mettant en doute le concept de « radicalisation » islamiste).

    Il est évident que si les français ne sont pas d'accord avec la politique économique du pouvoir actuel, ils ne vont pas pour autant confier les rennes du pays a des hurluberlus qui n'ont aucun sens des responsabilités, qui n'ont que pour modèle des dictatures, et qu'en ce qui concerne le terrorisme, ont avant tout pour mission de minimiser les crimes des coupables sans se soucier le moins du monde des  victimes. 

    Des Insoumis à la France, voilà ce qu'ils sont avant tout.

    Extrait de l'album "Echo" (1999), le morceau "One More Day, One More Night".


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :