• Qui peut aimer Trump?

    Qui peut aimer Trump?

    Le sénateur républicain de l’Arizona, Jeff Flake, a vivement critiqué   Donald Trump.  Ce mardi, devant les parlementaires, dans un discours extraordinaire, il a dénoncé son « mépris flagrant de la vérité » et le dévoiement du parti républicain dans l’ère actuelle. Il refuse d’être « complice » d’un pouvoir qu’il considère comme indigne. Il a déclaré. « Nous ne devons jamais trouver normal l’affaiblissement de nos idéaux démocratiques, les attaques personnelles, les menaces contre les principes, les libertés et les institutions, le mépris flagrant de la vérité et de la décence, les provocations dangereuses pour des raisons le plus souvent mesquines et personnelles ». Et de poursuivre  « Il n’est pas normal », son comportement est « dangereux, scandaleux et indigne ». Puis il s’est interrogé sur les enfants américains grandissant dans la période actuelle. « Quand la prochaine génération nous demandera, « pourquoi n’avez-vous rien fait ? « Que répondrons-nous ? » s’est-il demandé. « Le silence peut s’assimiler à de la complicité », a-t-il résumé. « J’ai des enfants et petits-enfants à qui rendre des comptes ».

    « Je ne serai ni complice ni silencieux », a conclu le sénateur. « J’ai décidé que je serai plus à même de représenter les habitants de l’Arizona et de servir mon pays et ma conscience en me libérant des considérations politiques […] qui me forceraient à bien trop de compromissions sur les principes ».

    Ses critiques s'ajoutent à celles d'autres républicains comme John McCain, également sénateur de l’Arizona, et le sénateur du Tennessee Bob Corker. 

    Il y a peu c'était le célèbre entraîneur de basket des San Antonio Spurs, Greg Popovitch , qui déclarait que le Président était un "un lâche sans âme".

    C'est suite aux propos de Trump qui déclarait que les anciens présidents n'appelaient pas les familles de soldats tombés au combat contrairement à lui qui a mis le célèbre entraîneur en colère.

    « J'ai été étonné et déçu tellement par ce que le président a dit, sa façon de diriger ce pays, qui semble toujours semer la division, a-t-il commencé. Mais ses commentaires du jour sur ceux qui ont perdu des êtres chers sur des théâtres de guerre et le mensonge sur les anciens présidents, Obama et Bush qui n'auraient jamais appelé les familles, est au-delà de tout. Je n'ai presque pas les mots. »

    Celui qui est aussi l’entraîneur de la sélection nationale a ajouté :« L'homme qui occupe le Bureau Ovale est un lâche sans âme qui pense pouvoir devenir grand en rabaissant les autres. C'est une pratique courante de sa part mais de le faire de cette manière et de mentir sur la façon dont les anciens présidents ont répondu à la mort de soldat... On ne peut pas tomber plus bas. Nous avons un menteur pathologique à la Maison Blanche : inapte intellectuellement, émotionnellement et psychologiquement à occuper ce bureau. Le monde entier le sait, surtout ceux qui sont autour de lui au quotidien. Les gens qui travaillent avec le président devraient avoir honte parce qu'ils savent mieux que quiconque combien il est inapte et ils ne font rien. C'est surtout une honte pour eux. » 

    "A face in the crowd", (Full Moon Fever) 1989.

    Rien que pour le solo de Bent Tench au piano.

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :