• Ce soir je n'innove pas. 

    Mais comme il y a plus de 4 ans que je ne vous avais pas servi du Cindy Lauper, lorsque je l'avais vu en concert, il est temps pour moi de vous en remettre une bonne dose.

    J'ai toujours eu un faible pour cette chanteuse à la fois déjantée et fragile, rock et sensible. C'est d'ailleurs cette addition de talents qui en fait une artiste à part, qui a su durer en variant son répertoire .

     

    Beaucoup s'y sont essayés, et beaucoup se sont plantés. Pas simple de se coller au grand Jacques.

     Mais lorsqu'on est une artiste... La mise en scène, l'interprétation, l'expression du visage. C'est juste exceptionnel.

    Pourquoi est-on touché par tel artiste plutôt que par tel autre ?

    Pourquoi Cindy Lauper me met la larme à l'oeil alors que certaines grandes stars

    ne me procurent pas la moindre émotion ?

    Pourquoi dans notre vie nous rencontrons parfois des êtres avec qui nous nous sentons en parfaite 

    adéquation alors qu'avec d'autres on s'ennuie déjà au bout de 5 minutes ?

     

    Superbe version de "Stay" (1960), de Maurice Williams 

     

    Une chanson à l'origine écrite pour Roy Orbison, qui finalement la reprendra après.

     

    Créé par les  Righteous Brothers 


    votre commentaire
  • Le confinement: Beaucoup de similitudes avec la période de l'occupation.

    Nous sommes en guerre avait dit le Président Macron en début d'année, juste avant le premier confinement.Si la formule pouvait paraitre exagérée on doit admettre que face au Covid 19,on retrouve bien souvent dans les comportements de nos dirigeants, mais aussi ceux de la population, les mêmes qu'on avait pu observer lors de la seconde guerre mondiale.Tout d'abord les français ont très facilement accepté la soumission sans broncher. Le virus est plus fort que vous, il va faire des dizaines, voir des centaines de milliers de morts, alors restez chez vous et ne bougez plus.Un discours pétainiste qui fait croire à la population que pour vaincre le virus il faut accepter de ne plus vivre, de faire la queue pour manger (il ne manque que les tickets de rationnement), se faire contrôler sans cesse pour savoir si l'on a bien nos attestations. On a même vu récemment le retour du couvre-feu .Et comment réagissent nos chers compatriotes?Et bien on a vu aussi le retour de la bonne vieille délation. Une habitude qui a connu son heure de gloire pendant la période de la collaboration, et que l'on retrouve dans tous les modèles totalitaires. Et l'exode bien sur. Bien sur de nos jours ce ne sont plus les chevaux et les charrettes qui sont sur les routes, mais des dizaines de milliers de voitures qui fuient les grandes villes.Tout y est . Enfin presque.Et oui , il manque la résistance.Et le professeur Raoult vont dire certains?Celui qui parlait de grippette, d'absence de seconde vague, qui est l'arrogance personnifiée?Ce type a plus des allures de gourou de secte que de réincarnation du Général de Gaulle ou de Jean Moulin.Soyons sérieux. Il n'y a rien de l'image du résistant chez cet hurluberlu.Mais puisque le Président de la République s'est permis d'utiliser la métaphore guerrière, pourquoi ne pas se comporter comme en temps de guerre?Il faut se souvenir que lors de la dernière guerre la population n'était pas toujours en accord avec la résistance, puisque celle-ci, par ses actions, permettaient au nazis de se venger en massacrant la population pour l'exemple.Mais on ne gagne pas une guerre sans agir, tout comme on ne vaincra pas ce virus en refusant de vivre . Et si les alliés n'étaient pas venus se faire tuer par milliers sur les plages de Normandie, aurions-nous gagné cette guerre?Et ici on ne parle pas de morts qui avaient 84 ans de moyenne d'âge comme avec le covid 19, mais plutôt 20 ans. Et pourtant ils sont venus se faire tuer.Quelle est cette nouvelle société, qui pour refuser de mourir, par peur de la mort,  accepte de ne plus vivre en mettant 70 millions de personnes en prison.Et pour quel résultat ?Des ruines, des divorces, des dépressions, des chômeurs, des suicides...Car ne vous leurrez pas, ce n'est pas en se cloitrant chez soi, en empêchant une grande partie de la population de travailler, qu'on va s'en sortir.
    D'ailleurs il n'y a pas besoin d'être très intelligent pour comprendre que ce virus est utilisé pour détruire les derniers survivants d'un modèle de société .
    Ce virus est dernier maillon de la chaine qui va permettre de détruire les petits commerces, les bars, les restaurants au bénéfice des grands centres commerciaux totalement déshumanisés.
    Etre déshumanisés, c'est aussi ce qui risque de nous arriver si nous continuons d'accepter d'être enfermés plusieurs mois par an .
    Nous resterons en vie, tout du moins en théorie, mais à la vérité nous ne serons plus que de vulgaires robots.

    votre commentaire
  •  

     

    Vous avez ci-dessus le dessin qui figure dans "Regards" , un titre de presse qui se situe à l'extrême gauche .

    Sur ce dessin figure les tombes des dessinateurs de Charlie Hebdo qui ont été massacrés par les islamistes, mais aussi les portraits de Manuel Vals, Caroline Fourest et Zineb El Rhazoui, qui sont ici présentés comme les "cons".

    Ce dessin est probablement la chose la plus ignoble qu'il m'ait été de voir depuis longtemps, et je vais m'en expliquer.

    Dans cette caricature abjecte ceux qui mettent en avant la laïcité et combattent l'islamisme radical sont présentés comme des cons.

    Il faut notamment savoir que Caroline Fourest et Zineb El Rhazoui ont collaboré à Charlie Hebdo , et que par conséquent elles auraient pu faire parti des victimes. Par conséquent en plus d'être abject ce dessin est d'une stupidité sans nom puisqu'elles pourraient figurer dans l'autre partie du dessin. Et inversement bien sur pour les victimes.

    Et le pire de tout, c'est qu'un homme politique,  Mélenchon, ose faire la publicité d'une telle horreur en le retwitant. 

    Ce même Mélenchon qui faisait l'éloge de Charb en 2015:

     « La mort est passée. Elle rôde encore autour de nous et nous sentons son souffle froid (…) Tremblants de peine et sidérés, nous sommes venus nous réchauffer une fois de plus auprès de lui. Car Charb tisonnait si bien pour nous la braise rouge ! Rouge ! Contre la cendre des convenances boursouflées et des certitudes aveuglées, nos rires étaient ses incendies du vieux monde ! (…) Charb, tu as été assassiné comme tu le pressentais par nos plus anciens, nos plus cruels, nos plus constants, nos plus bornés ennemis : les fanatiques religieux, crétins sanglants qui vocifèrent de tous temps. Charb, ils n’auront jamais le dernier mot tant qu’il s’en trouvera pour continuer notre inépuisable rébellion »

    Le Mélenchon d'aujourd'hui traiterait-il Charb de con s'il avait survécu au massacre?

    On peut légitimement se poser la question.

    Ou est passé le Mélenchon fervent défenseur de la laïcité?

    Mais à trop fréquenté la gauche islamo-gauchiste incarnée par les Obono and co, il a totalement retourné sa veste au point de ne plus être qu'un homme politique qui a abandonné toute dignité au point de faire la publicité d'une caricature d'une abjection immonde .

    On peut juste souhaiter qu'aux prochaines élections les français n'auront qu'un seul souhait, botter le cul d'un type qui ose baisser son froc à ce point.



    votre commentaire
  •  
    Dans une vidéo publiée sur Facebook le 11 septembre, John Fogerty a déclaré que l'utilisation par le président Trump du classique de Creedence Clearwater Revival "Fortunate Son" lors d'un rassemblent était "déroutante.
    La chanson de 1969 a été jouée alors que Trump quittait Air Force One avant  un rassemblement à Freeland, Michigan. C'était un choix qui a naturellement soulevé quelques sourcils sur les réseaux sociaux, compte tenu des paroles brutales de Fogerty sur les privilèges de classe, le patriotisme et le projet vietnamien, que le musicien a abordé dans sa vidéo.

    Fogerty a déclaré qu'il avait écrit «Fortunate Son» en 1969 au plus fort de la guerre du Vietnam après avoir été lui-même enrôlé et avoir fait son propre passage dans l'armée. Fogerty a noté que pendant cette guerre les personnes privilégiées ont fréquemment utilisé leur position et leur influence pour éviter le service militaire.

    «J'ai trouvé très bouleversant qu'une telle chose puisse se produire et c'est pourquoi j'ai écrit 'Fortunate Son'», a déclaré Fogerty.

    Bien qu'il ne l'ait pas mentionné spécifiquement, Fogerty faisait probablement allusion au fait que Trump avait reçu 5 reports pour éviter de servir au Vietnam, quatre pour l'éducation et un cinquième pour des «éperons osseux». Lors d'un témoignage au Congrès,  l'ancien avocat et réparateur de Trump, Michael Cohen, a déclaré que Trump avait inventé la fausse blessure pour éviter de servir.

    «C'est une chanson que j'aurais pu écrire maintenant», a déclaré Fogerty à la fin de la vidéo. «Et donc je trouve déroutant, je dirais, que le président ait choisi d'utiliser ma chanson pour ses rassemblements politiques, alors qu'en fait, il semble qu'il soit probablement un de ces "fils chanceux".
     
    Et depuis le début du confinement , la famille Fogerty nous délivre régulièrement 
    une petite vidéo sympa. Ici le joue de la fête de l'indépendance .

    votre commentaire
  • Le premier album des Jayhawks sort en 1986, mais c'est réellement en 1992, avec son 3ème album, "Hollywood Town Hall", que le groupe décolle vraiment.

    Il faut dire que cet album est un virage musical, le style est plus rock, que l'on va retrouver également sur l'album suivant, tout aussi excellent.

    A l'époque les compositions sont signés Gary Louris et Mark Olson, mais le second va quitter le groupe.

    Depuis c'est Gary Louris qui compose la grande majorité des morceaux avec toujours autant de talent.

    Mais pour ce dernier album, c'est une véritable révolution, puisque tous les membres du groupe composent.Et le moins que l'on puisse dire que c'est une réussite totale. Tout en apportant plus de variété , le tout reste très homogène.

    Cet album est pour moi l'un des meilleurs du groupe. De plus il nous fait voyager dans le temps. D'ailleurs la pochette est très parlante. On a le sentiment de se retrouver entre 1965 et 1970. On pense à un moment aux Beach Boys, puis aux Beatles, aux Mamas and Papas, aux Kinks, à Crosby, Stills and Nash....

    Des mélodies de très grandes qualités, des arrangements parfaits, des harmonies vocales plus belles que jamais.

    Après plus de 30 ans de carrière, les Jayhawks est un groupe dont je ne me lasse pas.

     


    votre commentaire