• "The Bangles" et l'album "Different Light".

    Le groupe d'origine, créé en 1981, était composé de Susanna Hoffs, Debbi Peterson et Vicky Peterson.

    Annette Zilinskas rejoindra le groupe comme bassiste. Puis elle sera remplaçée par Michael Steele en 1983.

    Leur premier album, « All Over The Place », sort en 1984.

    Cet opus, très axé vers la pop folk des années 60, ne rencontre pas un grand succès. 

     

    Les Bangles connaissent la consécration mondiale avec le titre "Manic Monday", paru en 1986 et écrit par un mystérieux Christopher… qui n'est autre que Prince.

    Ce tube se trouve sur le disque « Different Light » qui  comporte d'autres morceaux qui connaîtront le succès comme  « Walk like an Egyptian » ou encore « If she knew what she wants ». 

     

    Figure aussi sur cet album cette excellente reprise d'Alex Chilton.

     

    De la très bonne Pop avec la guitare Rickenbacker et d'excellentes

    harmonies vocales, tel était la marque de fabrique de ce très bon

    groupe qui a connu son heure de gloire dans les années 80.

    L'album suivant, "Everything", nous donnera encore 2 tubes.

    "In Your Room" et surtout "Eternal Flame".

    On retrouve aussi sur cet album "I'll set you free".

    Le groupe se sépare fin 1989. En 2003 elles se retrouvent pour enregistrer un 

    nouvel album "Doll Revolution", qui ne rencontrera pas le succès.

     

    En 2011 sort "Sweetheart of the Sun", un album bien reçu

    par la critique.

     

     

     

     

    En 2011 sort "Sweetheart of the Sun", un album bien reçu par la critique.

    On 

     

     

     


    votre commentaire
  • "L'insulte" de Ziad Doueiri . Un film très fort.

    L'histoire:

    Le film raconte la montée d'un banal conflit de vie quotidienne au

    Liban, entre un garagiste chrétien et un ouvrier palestinien.

    Des disputes s'enchaînent à cause d’un problème d'évacuation

    d'eau sur un balcon. À force d'insultes et de bagarres, l'histoire

    se termine en procès. 

     

    C'est un chef-d'œuvre. Ce n'est pas pour rien qu'il est nominé

    pour les oscars du meilleur film étranger.

    L'Insulte est une magnifique leçon de morale .  Ce film fait très mal

    au plus profond de nous-même. Il parvient à nous mettre face

    à nos réactions quotidiennes pas toujours très jolies à voir . 

    Pour écrire le scénario de L’Insulte, Ziad Doueiri avoue s’être inspiré

    d’un incident qui lui est arrivé il y a quelques années .

    Il ajoute: "N’insulte pas les races des gens. C’est ainsi que les guerres commencent, me disait mon père. J'ai gardé cette phrase dans le film."

    Voici la critique d'un spectateur vu sur allo-ciné:

    "Un film magnifique, qui nous parle de la douleur, de la résilience, de l'Histoire, de l'honneur, des "états émotionnels" de tous les personnages. Car par delà les deux protagonistes de cette querelle presque banale, les enjeux partisans et l'instrumentalisation qu'en font les avocats dans le procès qui va suivre, nous découvrons Beyrouth, comme jamais elle n'a été filmé. "Des feux mal éteints", un film sur le fil du rasoir, où l'on ne sait jamais jusqu'où le réalisateur va nous emmener. Ce film tend à l'universalité sur la haine de l'autre et la réconciliation. Les acteurs sont tous impeccables, incroyablement humains."


    votre commentaire
  • La Femme Fatale au cinéma.

    Les hommes se révèlent bien faibles face à elle. La femme fatale ressemble à une drogue dont ils ne savent se défaire. Qu'elle soit maîtresse ou mauvaise épouse qui cherche à échapper à l’ennui, elle les dominera et les utilisera. Le film noir s’est construit ainsi , offrant aux femmes fatales une grande place dans les intrigues, de façon à ce que le spectateur les admire. 

     "Un si doux visage" d'Otto Preminger (1952), avec Jean Simmons

    Même la Bible rend témoignage de la femme fatale.

     "Samson et Dalila" (1949) de Cecil B. DeMille, avec Hedy Lamarr

    Dans le cinéma des années 40 et 50 en noir et blanc,l’ambiguïté du personnage sera magnifiquement mis en valeur par l’utilisation de l’éclairage . 

    Pour ces héroïnes,le motif le plus fréquent reste l'argent. Pour arriver à leurs fins, leurs armes les plus fréquentent restent la  manipulation et la séduction .

    "Assurance sur la Mort" (1944) de Billy Wilder,  avec Barbara Stanwyck

    La femme fatale ne séduit pas seulement par l'éclat de sa jeunesse mais lorsqu'elle prend de l'age elle compense par son intelligence, sa culture, son rayonnement et son charme.

    "Boulevard du crépuscule"(1950) de Billy Wilder, avec Gloria Swanson.

    Même si vous savez qu'elle vous manipule, qu'elle vous ment, qu'elle peut se révéler dangereuse pour vous et vos proches, vous ne pouvez vous empêchez d'être attiré par ses atouts.

    "Basic Instinct" (1992) de Paul Verhoeven, avec Sharon Stone.

    Sa vengeance n'a pas de limite, elle ira jusqu'au bout, ne supporte pas qu'on lui laisse penser qu'on l'aime un peu moins. Elle ne s'avoue jamais vaincue.

    "Gone Girl" (2014) de David Fincher, avec Rosamund Pike.

    Elle saura retourner toutes les situations à son avantage. Tous les coups sont permis 

    pour revenir dans le jeu.

    "Mademoiselle" de Park Chan-Wook (2016) avec Min-Hee Kim, Kim Tae-Ri.

     

    mais tout cela, ce ne sont que ....


    votre commentaire
  • Tom Petty, il a tout donné pour la musique.

    "Il donne tout pour la musique" chantait France Gall, disparue il y a 2 semaines aujourd'hui .

    Si l'on en croit le rapport de l'autopsie de Tom Petty, paru ces derniers jours, s'il en est un à qui ce titre va bien, c'est bien à lui.

    En effet, d'après l'équipe de médecins légistes,l'arrêt cardiaque de Tom Petty qui nous a quitté le 2 octobre dernier,  a été provoqué par une une overdose de plusieurs médicaments .

    Dans un communiqué diffusé par la femme et la fille du rockeur on peut lire:

     "Malheureusement le corps de Tom souffrait de bien des maux graves, dont de l'emphysème, des problèmes de genou et, le plus important, une fracture de la hanche. Malgré cette blessure douloureuse, il persévérait dans son dévouement envers ses fans et il a fait une tournée de 53 dates avec une hanche cassée, ce qui a eu pour effet d'aggraver sa blessure. Le jour de sa mort, il a été informé que l'état de sa hanche avait atteint le stade de la fracture totale et nous sommes convaincus que la douleur était devenue tout simplement insupportable et que c'est la cause de son abus des médicaments."

    On peut découvrir dans le dernier morceau du dernier concert quelques jours avant son décès à quel point le chanteur semble souffrir lors de sa sortie de scène dans les toutes dernières secondes de cette vidéo.

    Si l'on en croit le communiqué et les images c'est l'amour de la musique, de la scène et du public qui a poussé l'artiste bien au-delà du raisonnable, à pratiquement venir mourir sur scène.

    Les proches du chanteur ont tenu à faire connaitre ces informations afin de provoquer un débat  qui pourrait permettre de «sauver des vies».Beaucoup de personnes qui décèdent à cause d'une surdose d'opiacés, estiment-elles, commencent à en consommer «avec des raisons légitimes et ne comprennent pas la puissance et le caractère mortel de ces médicaments».

    On termine avec le tout jeune Antoine de Caunes , qui avec son émission Chorus, nous a fait découvrir des artistes de grands talents comme Tom Petty .

     

     


    votre commentaire
  • Ces films de 2017 que je n'ai pas aimé .

    Après mes 2 Top 10, le français et l'international, voici 

    ma liste de films que j'aurais pu éviter.

    Bien sur, je ne considère pas ces films comme les plus mauvais de l'année,

    sachant que je les sélectionne avant d'aller les voir. Il va donc de soi que j'ai 

    évité en 2017 une bonne doses de films qui m'auraient insupporté.

    Un exemple. La bande -annonce m'a suffit pour fuire cette horreur.

    Passons maintenant aux films que j'ai vu.

    10ème.

    "Le Crime de l'orient-Express" de Kenneth Branagh 

    Vous vous souvenez de la version de Sidney Lumet avec Albert Finney . 

    Pas la peine d'aller voir cette nouvelle version, elle est bien inférieure.

    9ème

    "Churchill" de Jonathan Teplitzky .

    Critique qui correspond bien à mon ressenti:

    ""Churchill" est un film involontairement funèbre, qui enterre Churchill vingt ans avant sa mort.

    8ème

    "Nos Années Folles" d'André Téchiné .

    Etrange film. C'est tiré d'une histoire vraie mais ça ne semble guère

    crédible. La faute à qui?

    De plus c'est ennuyeux et parfois malsain.

    7ème

    "Neruda" de Pablo Larraín.

    Pablo Larraín aura réussi l'exploit de sortir 2 films en début d'année, un que j'ai adoré, "Jackie", et cet étrange "Neruda".

    6ème.

    "Barry Seal" de Doug Liman.

    La critique de l'Humanité:

    "À l’arrivée, on a l’impression de n’avoir rien vu, à part Cruise hilare, qui parade comme un petit fou avec son zinc. Du vent."

    5ème.

    "L'amant Double" de  François Ozon.

    Un Ozon décevant, d'autant plus qu'il vient après le magnifique "Frantz".

    4ème

    "Creepy" de Kiyoshi Kurosawa.

    Un bon film dans sa première partie, du suspense. Et puis on ne sait trop pourquoi, ça devient totalement absurde , on n'y croit plus du tout. 

    Plusieurs personnes quittent la salle dans la dernière partie.

    3ème

    "Numéro Une" de Tonie Marshal.

    Tout d'abord, il est bien difficile d'imaginer Emmanuelle Devos en PDG d'une entreprise du CAC 40.

    Mais ce n'est pas le plus gênant.  Au niveau des dialogues, ce n'est qu'un enchaînement de poncifs sur le féminisme entendu 1000 fois dans des débats sur le sujet. On est en droit d'attendre autre chose d'une oeuvre de cinéma. Et puis l'ensemble manque de rythme.

    Heureusement qu'il reste quelques moments avec Sami Frey.

    Je sais , il est très mal vu de critiquer le féminisme par les temps qui courent.

    Alors pour compenser, même si la réalisation n'était pas exceptionnelle, ce film était bien plus passionant. 

    https://www.youtube.com/watch?v=u3bFLebudJE

    2ème.

    " Rock'n Roll" de Guillaume Canet.

    Plus on avance dans le film , plus c'est insupportable et grotesque .

    1er

    "The Birth Of A Nation" de  Nate Parker.

    Ma critique à la sortie du film

    http://fatizo.over-blog.com/2017/01/the-birth-of-the-nation-de-nate-parker.derangeant-et-grotesque.html


    votre commentaire