• "Tout le monde debout" de Frank Dubosc. Une jolie comédie romantique.

    "Tout le monde debout" de Frank Dubosc. Une jolie comédie romantique.

    L'histoire : Jocelyn, homme d'affaires en pleine réussite, est un dragueur et un menteur invétéré. Lassé d'être lui-même, il se retrouve malgré lui à séduire une jeune et jolie femme en se faisant passer pour un handicapé. Jusqu'au jour où elle lui présente sa sœur elle-même handicapée...

    Une comédie française de qualité nous dit-on . On a déjà entendu ça de multiples fois, et  encore récemment avec "Le retour du héros", cette comédie avec Jean Dujardin censée rendre hommage au cinéma de De Broca et Rappeneau . Une évidence, le réalisateur Laurent Tirard a encore beaucoup à faire pour rejoindre ses 2 illustres ainés.

    C'est donc avec une certaine crainte que je suis allé voir la comédie de l'humoriste Frank Dubosc, d'autant plus que celui-ci possède un humour qui ne fait pas toujours dans la dentelle.

    Dès les premières images on se rend compte de la qualité de la photographie, et aussi que le réalisateur a bien soigné chaque plan ,des habitudes abandonnées depuis trop longtemps dans la comédie française habituelle .

     J'ai toujours trouvé qu'il y avait un coté éternel adolescent chez le comique normand. La  sensibilité positivement naïve dont il fait preuve parfois dans ce film me conforte dans cette idée. 

    (Dans "L’hôtel de la plage-1978) 

    "Tout le monde debout" de Frank Dubosc. Une jolie comédie romantique.

             

    On sent que Frank Dubosc a bien travaillé son scénario. Il a aussi compris qu'une commédie réussie  ne consiste pas à enchainer les gags, à trop les appuyer. Il a su alterner avec finesse humour et émotion.

     

    Le duo Franck Dubosc et Alexandra Lamy fonctionne merveilleusement . Le réalisateur sait également qu'il n'y a pas de bon film sans de bons seconds rôles.  Gérard Darmon Caroline Anglade sont excellents dans leur partition. Mais celle qui crève l'écran, c'est la surprenante Elsa Zylberstein,qui  avec son personnage réservé et maladroit, est d'une drôlerie inattendue. 

    Ne pas oublier le personnage du père de Jocelyn incarné par Claude Brasseur.

    "Tout le monde debout" se révèle être au final un film qui parle à chacun d'entre nous,  qu'en fonction de nos actes, qu'en fonction du regard que nous portons ou que nous recevons, nous sommes tous victimes ou pas du handicap.

    Car finalement, entre le personnage de Franck Dubosc et celui tenu par Alexandra Lamy, quel est celui qui est le plus handicapé des deux?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :