• Fiorentino Perez et Andrea Agnelli en assassins du football.

     

    Ils sont douze, les douze salopards, les douze traîtres, les douze assassins qui ont décidé de porter un coup fatal au football. Celui-ci était déjà bien malade depuis le début des années 90 et l'arrêt Bosman qui a emmené les clubs dans une dérive financière folle, mais aujourd'hui c'est l'estocade qui est portée à notre sport favori par des dirigeants toujours plus avides d'argent.Des dirigeants qui n'ont jamais touché un ballon de leur vie.µ

    Emmenés par les deux chefs de cette monstruosité, Fiorentino Perez et Andrea Agnelli , ces fous furieux veulent tuer les championnats nationaux. Certains de ces clubs, notamment en Angleterre, sont la propriété de gros investisseurs étrangers qui n'y connaissent rien à ce sport, ni sa culture, ni son histoire. Pour eux c'est juste une source de gros revenus. De plus plusieurs clubs qui sont dans le groupe des douze n'ont jamais gagné la Ligue des Champions. Il s'agit de l'Atlético Madrid, Arsenal, Totthenham, Manchester City.

    Face à cette ignominie voici lE coup de gueule de Gary Neville, ancien défenseur de Manchester United.

    https://sport24.lefigaro.fr/football/ligue-des-champions/actualites/gary-neville-sur-le-projet-de-super-ligue-manchester-united-et-liverpool-me-degoutent-1041055


    votre commentaire
  • Bertrand Tavernier laisse une oeuvre incontournable.

    Le 25 mars dernier disparaissait Bertrand Tavernier.
    L'oeuvre du réalisateur occupe une place immense dans le cinéma français de la dernière partie du XXème siècle.
    Avec Tavernier on ne peut qu'aimer le cinéma. Par son oeuvre bien sur, si riche en excellents films, mais aussi par la façon dont il en parle. (ici de son premier film, "L'horloger de Saint-Paul".
     
     
    Tavernier c'est un amour du cinéma inconditionnel, on l'écouterait pendant des heures.
    Ici avec Patrick Brion, parlant du western.
     
     
    Dès son plus jeune âge il est atteint de la tuberculose  et est envoyé au sanatorium.
    L'adolescent devient un fou de littérature.
    Le septième art, l’autre grande passion de sa vie l’occupe très jeune. Etudiant  au lycée Henri IV il fréquente la cinémathèque assidûment .
    Dans le cinéma, Bertrand Tavernier aime tout. Polar, science-fiction, western, comédie musicale, petits et grands films. Il n'a rien à voir avec les cinéastes de la Nouvelle Vague qui renient les générations précédentes. Il revendique son amour pour Renoir, Duvivier, Carné etc... 
     
    L'amour du cinéma est on ne peut plus visible dans l'oeuvre de Bertrand Tavernier . Dans tous ses films on voit qu'il aime le travail bien fait au point de se voir parfois reprocher son académisme. 
    Bien évidemment, le cinéma de Tavernier raconte des histoires fortes, avec de bons dialogues et de bons acteurs.  

    Bertrand Tavernier laisse une oeuvre incontournable.

    C'est tellement préférable de voir des films sans scénario, avec des dialogues insignifiants ou vulgaires, et des acteurs qui viennent de la télévision.
    Tavernier c'est du cinéma comme je l'aime. Un cinéma qui prend des risques, abordant tous les sujets, tous les styles, avec une envie de plaire au plus grand nombre dans sa forme mais d'une grande qualité sur le fond.
    Qui peut lui reprocher?
    A-t-on envie d'avoir un prof qui nous parle de sujets difficiles et qui ne soient compris que par deux ou trois élèves?
     
    Bertrand Tavernier c'est aussi l'amour des acteurs, et sa fidélité aussi, comme avec Philippe Noiret que l'on retrouve aussi dans "Coup de torchon".
     
     
     
    "Un dimanche à la campagne" est l'un des plus grands films de Tavernier, un chef-d'oeuvre.
    Ce film est un sommet de délicatesse, de tendresse, de douceur. C'est aussi et surtout une parabole sur la peinture. Le maître Tavernier nous offre un tableau sublime.
     
    Dans "L627", il nous montre les difficultés de la police pour faire son travail.
    Un film terriblement d'actualité plus de 30 ans après. 
    Un film profondément humain, avec des personnages attachants et beaucoup d'humour aussi. 
     
    Encore un très grand film de Bertrand tavernier avec "Capintaine Conan", avec un Philippe Torreton exceptionnel, qui est sans aucun doute l'un des meilleurs films français qu'on est jamais fait sur la première guerre mondiale.
     
     
    Voici l'hommage de Martin Scorsese:
     
    “Bertrand était tellement passionné qu’il pouvait littéralement vous mettre KO. Il restait assis, pendant des heures et des heures, argumentant pour ou contre un film, un cinéaste, un musicien, un livre ou une décision politique. Au bout d’un moment, terrassé, vous vous demandiez simplement: mais d’où lui vient toute cette énergie?”.
    Aujourd’hui, il m’est très difficile de me dire que je n’aurai plus jamais la chance de recevoir toute cette incroyable énergie. Que je n’aurai plus jamais la chance de rencontrer un homme aussi extraordinaire, un homme tellement irremplaçable.

    2 commentaires
  • Mike Campbell et son groupe "Dirty Knobs" sortent leur premier album.

    Mike Campbell a été le guitariste des Heartbrakers pendant pratiquement un demi siècle, jusqu'à la mort de Tom Petty en 2017.Depuis il a intégré  Fleetwood Mac lors de leur dernière tournée mondiale en 2018. Mais en novembre dernier , avec son groupe , "Dirty Knobs", il a sorti son premier album "Wreckless Abandon".
    À propos du groupe, Campbell, qui aura 71 ans le 1er février, explique: «Les Dirty Knobs se sont réunis pour la première fois il y a près de 15 ans, mais Wreckless Abandon est notre premier album . Au fil des ans, les Knobs sont devenus un moyen pour moi de jouer certaines des autres chansons que j'écrivais et de faire circuler cette création entre le travail sur les albums et les tournées avec Tom and the Heartbreakers.
    Les deux premiers morceaux que nous venons d'écouter sonnent très "Petty", mais ce serait très réducteur de réduire l'album de son ancien guitariste à du pur copier-coller.Dans son ensemble l'album des " Dirty Knobs" est plus blues, plus teigneux.
     
     Tout au long de sa carrière Mike Campbell il a joué et composé sur les albums d'artistes aussi importants que Stevie Nicks, Don Henley, Dylan, Jackson Browne, Georges Harrison, Johnny Cash, Tracy Chapman, Roy Orbison...
    Sur ce morceau on est obligé de penser à ZZ TOP.
     Si vous voulez en savoir un peu plus avec ces 2 liens:
     Il n'y a qu'un seul problème avec ce disque, sa pochette.
    Deux derniers morceaux de cet album..
    Cerise sur le gâteau, voici 2 derniers morceaux. Un avec Fleetwood Mac.
    Et un avec Tom Petty bien sur.

    votre commentaire
  •  Le Covid 19 n'aura pas eu que des effets négatifs. Il nous a aussi permis de passer des petits moments agréables. Découvrir les vidéos fort sympathiques de la petite famille Fogerty en aura été l'une des plus belles illustrations . Souvent tournées en extérieur et dans la bonne humeur, elles étaient comme un petit bol d'air frais dans ce monde cloitré.

                   

    Dès le début du confinement, John Fogerty avait eu la bonne idée de rassembler autour de lui ses trois enfants ,Shane, 28 ans, Tyler, 27 ans, et Kelsy, 18 ans, et de former avec eux un groupe, Fogerty's Factory. Leurs vidéos , présentées au fil des semaines depuis le printemps dernier ont connu un large succès sur YouTube.

     
    Pendant ces quelques mois le chanteur de 75 ans nous a offert, avec sa petite famille , un bel aperçu de ses compositions, que ce soit en solo ou avec le Creedence  Clearwater Revival .
     
     On trouve aussi parmi ces vidéos quelques reprises.
     
     

    Ces versions sont finalement sorties sous forme d'un album intitulé "Fogerty’s Factory."

    Le disque est un clin d’œil, tant par son titre que par sa couverture, au 50e anniversaire de "Cosmo’s Factory," l’album de Creedence qui a donné naissance aux succès "Up Around the Bend," "Who will Stop the Rain," ou "Travelin’Band" .
     
     
    Si leurs vidéos des Fogerty's Factory ont connu tant de succès c'est aussi parcequ'on a le sentiment qu'il fait bon vivre dans cette famille . Une famille qui semble avoir trouvée la machine à remonter le temps, ou plutôt qui a trouvée celle du temps suspendu, celle qui nous permettrait de vivre éternellement dans les années 70, un monde ou l'amour et le pouvoir des fleurs étaient bien plus fort que le monde de la violence et du pouvoir d'un virus auquel nous nous soumettons.
    Mais Pappy John n'est pas dupe et s'est très bien revenir en 2021. On se souvient  qu'en septembre dernier, l'ancien leader du CCR avait reproché à Trump d'utiliser son morceau "Fortunate Son", sans autorisation, avec ces paroles qui évoquent les avantages dont ont profité les riches lors de la Guerre du Vietnam. Un comble lorsqu'on sait qu'en 1968 Trump aurait réussi à se faire réformer grâce à un médecin, ami de son père. 




    C’est aujourd'hui en musique que s’exprime John Fogerty, avec un nouveau morceau intitulé , "Weeping in the Promised Land". 
    L'ancien leader du CCR y est au piano, avec des chanteurs gospel pour l’accompagner.
    Dans les paroles du morceau, John Fogerty fait allusion aux attaques de Trump envers le Docteur Fauci,  évoque le travail du personnel des soins de santé, et le meurtre de George Floyd. Eternel John!

    votre commentaire
  • "Norman Fucking Rockwell" est l'album qui est sorti à l'été 2019.

    Cet album, très bien accueilli par les critiques, et par moi aussi, et plus doux dans ses mélodies, mais toujours aussi 

    mélancolique. On ne se refait pas.

    C'est surement pour cà que j'aime autant cette artiste, parce qu'elle réussit parfaitement à garder l'équilibre, album après album, 

    entre la modernité, l'influence du passé, et sa mélancolie.

     

    On enchaine avec plus de 9 minutes de bonheur.

     

    Cet album nous réserve tellement de bons morceaux qu'il m'est très difficile de faire une sélection.

     

    Ma chanson préférée de ce disque.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires